Musique

Chanter dans une chorale, la communion créative

Pour cette première idée de pause créative et récréative, j’ai choisi le chant, car c’est à mon sens l’un des moyens les plus simples et les plus universels d’illuminer sa vie quotidienne. Par simple, j’entends qu’on n’a pas besoin de matériel : on possède déjà tout l’équipement dans notre propre corps ! (Bon ok, on peut toujours vouloir s’équiper d’un micro, d’un ampli, etc. mais c’est pas aussi impératif que des cordes vocales !)

Chanter, c’est faire sortir de notre bouche des sons qui vont bien ensemble, qui nous plaisent ; c’est faire du beau avec notre voix, notre corps. Même en se contentant de fredonner sous la douche le dernier tube à la mode, on peut déjà expérimenter cet immense sentiment de liberté et de bonheur qu’offre la production de quelque chose de beau. Pas étonnant au demeurant que cela rende aussi heureux, quand on sait que le cerveau sécrète lorsqu’on chante tout un tas de petits produits qui nous font nous sentir bien (endorphines, dopamine, ocytocine…)

Oui, mais, voilà, malheureusement, il y a pleins de raisons qui font que, souvent, même si on le voudrait, on ne chante pas. Parce qu’on pense qu’on ne sait pas chanter, parce qu’on redoute le regard des autres, parce qu’on ne sait pas comment s’y prendre… Rassurez-vous, ces peurs sont tout à fait compréhensibles. Parce qu’en fait, le chant, comme tout ce qui est créatif, ça implique de se dévoiler, de se montrer tel qu’on est, tout simplement. Et ça fait peur !

C’est là qu’intervient l’idée de chanter dans une chorale. Et pour l’avoir expérimenté durant de nombreuses années, je peux vous dire que, si on veut se mettre à chanter, c’est une très bonne idée ! Voici pourquoi :

 

1) Chanter ensemble, c’est motivant !

Une chorale, c’est un groupe d’amis. On y fait toutes sortes de rencontres, qu’on n’aurait probablement jamais faites ailleurs : des plus vieux, des plus jeunes, des gens qui vivent aux antipodes de nous… mais qui au fil du temps, après avoir partagé les difficultés et les fous-rires durant les cours, le stress et le bonheur en montant sur scène… vont devenir nos amis, oui, oui ! Pas forcément nos best friends de la life, mais des gens qu’on apprécie et qu’on est heureux de retrouver. Et ça, c’est un premier facteur de motivation.

En plus, les autres comptent quand même un peu sur nous, hein ! (et pas que pour aller manger après le cours !) Dans une chorale, il y a une progression de groupe, on apprend ensemble un chant, puis on le travaille, on le peaufine… Si on ne vient pas, si on ne bosse pas, on se retrouve vite un peu largué (pour ne pas dire qu’on devient le boulet qui lâche la note quand il ne faut pas, hihihi !) Sans devenir le meneur du pupitre, c’est motivant de se dire qu’on va participer à un travail collectif, on se sent investi d’une certaine responsabilité.

Et puis, une chorale, c’est régulier ! En général, le chœur se rassemble une ou deux fois par semaine, voire un week-end par mois, selon les cas… Cette périodicité permet aussi de maintenir la motivation, de ne pas lâcher en cours de route, d’autant qu’on paye en général pour l’année.

 

 

2) Dans un chœur, on progresse plus facilement

Une chorale, c’est accessible à tous ! Même aux débutants. Même à ceux qui chantent faux ou qui n’ont pas le rythme. Dans les choristes très à l’aise que vous allez rencontrer, sachez que beaucoup ont été méga nuls un jour ! (croyez-moi, j’en ai eu des témoignages de stars de la chorale qui au départ ne savaient pas taper des mains en rythme ou qui ne connaissaient même pas leur tessiture). Mais l’avantage, dans une chorale, c’est qu’on n’est pas tout seul, on peut s’appuyer sur les autres. C’est très utile au départ pour apprendre à bien garder sa voix (et ne pas partir avec celle du pupitre voisin !), et garder le rythme quand on bouge. Bien sûr, ça ne fait pas tout, mais c’est quand même un sacré point de repère et une sacrée aide !

Sachez que le solfège n’est pas forcément nécessaire. Dans pas mal de chorales (notamment dans le gospel), le travail se fait à l’oreille et non avec une partition. Et l’oreille, justement, elle va pouvoir s’exercer ! Car en chorale, on apprend rapidement à chanter en harmonie, c’est-à-dire en ajoutant à la mélodie principale une, deux, ou trois voix (voire plus, soyons fous !) qui auront des notes différentes (mais le même texte et le même rythme). Chanter en harmonie nécessite une écoute attentive, car on ne va pas forcément chanter la voix principale (c’est-à-dire, celle qu’on connaît habituellement !). C’est donc un excellent entrainement pour développer son oreille et peu à peu reconnaitre la mélodie qu’on doit chanter, les accords harmonieux entre les notes… Et ça, c’est un exercice qui fait rapidement progresser en musique !

En chorale, on améliore aussi sa technique de chant. Le chef de chœur nous guide pour apprendre à mobiliser correctement non seulement la voix, mais également tous les muscles de la respiration (abdos, mais aussi thorax, dos, cou, visage…), et ceux permettant une bonne posture (comme les muscles profonds). Bien sûr, on peut aussi l’apprendre en cours de chant individuel, mais en groupe, il y a l’effet d’entrainement qui nous aide à nous plier à ces drôles d’exercices (souffler looooguement en serrant les lèvres, bailler, faire un grand Aah…). On apprend aussi des autres, de leurs erreurs, et au final, on progresse plus facilement.

 

 

3) La chorale aide à prendre confiance en soi

Nous y voilà, au cœur du problème ! La peur ! Ben oui, au début, quand on arrive dans une chorale, on peut être mal à l’aise à l’idée que les autres entendent notre voix. Mais ce qui est bien, en chorale, c’est que notre voix est mêlée à celles des autres, donc c’est moins stressant. On entend surtout une voix d’ensemble, pas tellement les voix individuelles (surtout si on chante doucement). Et puis, comme on l’a dit, on risque moins de dévier, de chanter « faux », puisqu’on est soutenu par le pupitre (=ceux qui chantent la même voix que nous).

Tout ça va aider à relâcher petit à petit cette satanée pression, cette peur de mal faire, qui vient si souvent bloquer la créativité. Au fur et à mesure que l’on progresse, que l’on connait mieux les chants, l’harmonie devient plus simple à gérer et on a moins peur de sa voix. On se surprend à vaincre sa timidité, à chanter un peu plus fort. Progressivement, la chorale va nous aider à prendre confiance, à nous affirmer (dans le chant, dans la créativité en général, et même dans la vie en fait !)

Petit conseil à ce sujet : on pense souvent, en arrivant dans une chorale, qu’il vaut mieux se mettre au fond pour ne pas se faire remarquer, qu’on ne nous entende pas trop. Attention, grossière erreur ! Sachez que tous ceux situés dans les rangs devant vous auront votre voix en plein dans les oreilles, tandis que leur propre chant (qui est censé vous aider et vous soutenir) sera projeté vers l’avant, et vous ne l’entendrez donc pas très bien ! Au contraire, s’installer au premier rang est bien plus efficace. Non seulement personne n’a les oreilles directement collées à votre bouche, mais en plus vous aurez tout le pupitre qui vous enverra son chant en stéréo et vous aidera à intégrer le chant.

 

4) Une création à plusieurs est une création plus riche

Chanter dans une chorale, c’est découvrir de nouveaux horizons dans la création. D’abord, parce qu’on n’y chante pas toujours ce qu’on aurait spontanément chanté tout seul. C’est le chef de chœur qui choisit les morceaux, qui sont parfois bien différents de ceux que l’on chante d’habitude. Cette nouveauté, si elle est parfois déroutante ou dérangeante, permet aussi de sortir de sa zone de confort, de travailler autre chose, d’évoluer ; et ça, c’est enrichissant, non ? Parfois, le chef de chœur propose aussi des versions remaniées de morceaux connus, de nouveaux arrangements… Autant d’opportunités de diversifier sa pratique musicale !

La chorale développe aussi l’ouverture d’esprit, en nous faisant travailler avec des personnes qui ont des activités, des vies, des modes de pensées bien différents des nôtres. Souvent intergénérationnelles, les chorales regroupent des gens issus de milieux sociaux et professionnels variés, qu’on n’aurait pas forcément rencontrés ailleurs. On y développe de la curiosité, de la tolérance, de l’empathie, qui en plus de faire de nous une personne plus ouverte, vont booster notre créativité ! Et oui, plus on découvre des idées et des manières de pensées différentes, plus on va être à même de sortir de nos schémas pré-établis et donc d’aller vers de nouvelles choses (pour plus d’infos sur le processus créatif au niveau cérébral, je vous renvoie sur cet article très complet du blog de l’agence Akiani).

Enfin, chanter dans un chœur peut aussi réserver des surprises sur le plan émotionnel. De manière générale, le chant est un moyen privilégié pour exprimer, libérer, faire passer des émotions (que ce soit la joie, la tristesse, l’amour, la colère…). Chanter à plusieurs, c’est décupler ce pouvoir de transmission, c’est à la fois donner ses émotions et recevoir celles des autres choristes (et des spectateurs aussi parfois). La magie n’opère pas toujours sur tous les chants ni à chaque répétition, mais il y a ces moments de grâce où les énergies se synchronisent, et où l’on vit des instants de communion émotionnelle d’une rare intensité… Un peu comme les transes dans les messes gospel, vous voyez ? 😊

Bref, chanter avec d’autres, comme c’est le cas dans une chorale, est vraiment enrichissant, tant sur le plan personnel, humain, que sur le plan créatif. Comme dit le proverbe africain : tout seul, on va plus vite, ensemble on va plus loin.

 

 

 

En conclusion, n’hésitez plus ! Si vous aimez chanter ou si vous aimeriez, rejoindre une chorale peut vous apporter beaucoup.  On trouve des chorales chantant tous les styles de musique, du classique à la country en passant par les chants du monde, les musiques actuelles ou le gospel… Des petits groupes ou de grands ensembles, chacun sa particularité. A vous de trouver l’ambiance qui vous convient !

 

Cet article vous inspire ?

Vous reconnaissez-vous dans ce texte si vous êtes choriste ?

N’hésitez pas à le partager en commentaire !

 

Une réflexion au sujet de « Chanter dans une chorale, la communion créative »

  1. I don’t think the title of your article matches the content lol. Just kidding, mainly because I had some doubts after reading the article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *