Ecriture

Écrire de la poésie : une forme d’expression créative et résolument moderne

Autrefois considérée d’essence divine, la poésie passe aujourd’hui souvent pour ringarde et démodée. A l’heure où le langage s’utilise majoritairement pour l’information et la communication (rapide si possible), où le sms a remplacé les longues lettres… cette forme d’écriture avance en effet un peu à contre-courant.

En lire laisse parfois perplexe (heu, c’est quoi, ces textes bizarres, il avait fumé l’auteur, non ?)

Mais en écrire ? On s’imagine aisément que cela est réservé aux ultra-romantiques ou aux accros de littérature classique.

Et pourtant, pas du tout ! Au contraire, la poésie est une forme d’écriture très spontanée, simple et sincère, qui est abordable par tous, et qui peut vous amener loin ! 😉

 

Photo by Micheal Awala on Unsplash

 

 

Pourquoi alors écrire de la poésie ?

Les raisons de se mettre à écrire sont nombreuses (voir mon article : Se mettre à l’écriture : des mots pour créer, des mots pour rêver)

Oui, mais alors, pourquoi choisir la poésie ? Certainement pas pour faire passer rapidement une info. Sinon Victor Hugo aurait écrit : « Départ demain à 6h15 » au lieu de : « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, / Je partirai ».

Pour autant, la poésie est loin d’être un art « inutile ». Se frotter à cette forme d’écriture est un bon moyen pour :

 

Ressentir et faire ressentir

Peu de langages permettent d’aussi bien transposer ses émotions profondes. La littérature décrit, mais la poésie est d’un autre ordre, celui du ressenti. Mettre des mots sur ce que l’on ressent, coucher ses émotions sur le papier, cela sert à :

– mieux se connaître, mieux se comprendre ; et vivre ainsi davantage en paix avec soi-même…

– exorciser une douleur (deuil, chagrin d’amour, pour reprendre les thèmes les plus abordés en poésie).

-éventuellement, partager avec d’autres son monde émotionnel : faire lire notre poésie peut nous aider à faire comprendre ce que l’on ressent, ce que l’on vit. Cela peut aussi aider d’autres personnes à mieux vivres leurs émotions.

Photo by Kelly Sikkema on Unsplash

 

 

Apporter une touche de beauté dans le quotidien

Ecrire de la poésie, c’est aussi porter un regard sensible sur les choses ordinaires, les détails du quotidien. C’est s’attacher à voir et à décrire la beauté qui existe en ce monde. C’est tenter de dire et de décrire les choses de manière plus belle.

Cette quête de la beauté nous permet d’agrandir notre sensibilité, d’être plus réceptif à ce qui nous entoure, de changer de perspective en quittant le terre à terre pour une dimension plus douce, plus… poétique !

Cela permet d’élargir nos perceptions et notre point de vue vers une autre vision du monde, dépassant les limites entre réel et irréel, entre possible et impossible. C’est une sorte d’évasion (on « fuit » hors du réel), un rêve qui peut nous apaiser, ou simplement nous rendre la vie plus belle !

Photo by Camille Brodard on Unsplash

 

Atteindre l’essence des choses

Et si écrire de la poésie, c’était le moyen de s’exprimer réellement ? En s’affranchissant des règles du langage, même du sens réel des mots parfois, la poésie peut aller tellement plus loin que les autres formes de communication.

Là où le langage littéraire, journalistique ou même oral se retrouvent bloqués dans leurs codes (syntaxe, vocabulaire, par exemple), la poésie permet d’innover, de s’affranchir de tout cela pour exprimer avec le plus de justesse possible le rapport du poète avec son univers. En se débarrassant du superflu (intrigue, personnages, dates et chiffres clés…), elle permet l’expression la plus proche possible de la réalité du ressenti.

 

Nourrir sa muse

Par le regard décalé qu’elle apporte, l’écriture poétique est aussi un formidable catalyseur de créativité.

Aiguiser son œil d’artiste, s’habituer à voir le monde autrement, à faire d’autres connexions, s’entrainer à décrire les choses différemment en écrivant des poèmes, tout cela participe fortement à développer son sens créatif.

Photo by Anika Huizinga on Unsplash

 

 

Écrire un poème : quelques conseils pour s’y mettre !

Photo by Robert Ruggiero on Unsplash

1) Sentez-vous libres !

Quand on pense poésie, on pense souvent à un poème en vers, c’est-à-dire découpé en morceaux avec des retours à la ligne. Les vers donnent son rythme au poème, une certaine musicalité.

Et pourtant, il est aussi possible d’écrire des poèmes en prose, c’est-à-dire des paragraphes entiers sans retours à la ligne ni structure précise, mais qui possèdent tout de même des sonorités, des images ou des figures de style qui en font une poésie.

C’est le langage poétique qui fait la poésie, et non nécessairement la structure.

Autre point, la structure. On peut bien sûr choisir une structure classique :

-en respectant la métrique, c’est-à-dire le nombre de syllabes par vers (par exemple, un poème en alexandrins compte 12 syllabes par vers),

-voire en groupant les vers en strophes (par exemple, un sonnet est composé de 2 strophes de 4 vers puis de 2 strophes de 3 vers).

Mais on peut aussi choisir de ne pas le faire et de se laisser porter par son inspiration !

Autre élément essentiel à aborder : la rime (c’est-à-dire le fait de mettre à la fin de plusieurs vers des sons semblables) : ici encore, rien n’est obligatoire. Certains trouvent que c’est là toute l’esthétique de la poésie. D’autres seront gênés d’une telle contrainte et préféreront les vers libres (c’est-à-dire qui ne riment pas) ou encore la prose.

 

Quelques formes particulières de poésie :

-L’acrostiche : poème dans lequel les premières lettres de chaque vers forment ensemble un mot

-Le calligramme : poème dont la disposition des vers forme un dessin

-Le haïku : poème très court (3 vers, 17 syllabes) qui vise à décrire les sensations instantanées.

 

2. Laissez parler vos émotions !

Choisissez un thème qui vos tient à cœur, et réfléchissez à ce que vous ressentez à ce sujet. Soyez sincère, car c’est de cette sincérité des sentiments que viendra la beauté de la poésie. N’oubliez pas que, si les émotions sont abstraites, il peut être très puissant d’en décrire les manifestations concrètes (sensations physiques et sensorielles, par exemple). Cela permet aussi de sortir des concepts vus et revus.

Photo by Tengyart on Unsplash

 

3. Osez jouer avec les mots !

Pour éviter la feuille blanche, on peut commencer par lister plein de mots qui nous serviront ensuite de base lors de l’écriture :

les mots en rapport avec votre thème bien sûr (ex : arbre, feuilles, pour un poème parlant de forêt),en jouant avec les associations d’idées façon brainstorming (feuille fait penser à papier, papier à encre, etc.)

– mais aussi les mots que l’on trouve beaux, mélodieux, étonnants… sans penser à leur sens mais simplement à leur sonorité.

Photo by Brett Jordan on Unsplash

 

Une fois que cette base de mots nous semble assez étoffée, on peut ensuite chercher à les faire rimer, à les associer, les juxtaposer… lorsqu’on attaquera la composition du poème.

 

Une poésie, c’est aussi une question de sons, mais aussi de rythmes ! Lisez régulièrement à voix haute ce que vous écrivez, pour vérifiez si ça « chante » bien !

 

4. Lisez de la poésie… et d’autres choses !

Lire des poèmes écrits par d’autres, ça aide à :

– mieux comprendre comment peuvent être traitées les idées, les émotions, en poésie ;

– choisir ce ce qui vous plait, ce que vous avez envie de faire comme forme, thème..

Lire de toute manière est toujours un bon conseil à mon sens, car tous les écrits sont sources d’enrichissement, tant dans les thématiques que dans le choix et l’agencement des mots. Lire des romans, des essais, des documentaires, etc. enrichit le vocabulaire, sensibilise à différentes manières d’écrire (chacun a sa plume !), nous ouvre l’esprit sur de nouveaux sujets.

 

En conclusion, on peut dire que la poésie est un outil précieux qui nous permet de manifester notre sensibilité, et également de la développer. Si la forme peut sembler très codifiée (ce qui peut plaire à certains ou les rassurer!), il ne faut pas hésiter à s’en détacher si on préfère une expression plus libre !

 

Et vous, que pensez-vous de la poésie ?

Est-ce que vous en lisez ?

Avez-vous déjà tenté d’en écrire ?

 

 

Image mise en avant : Jr Korpa on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *